TÉMOIGNAGE ADHÉRENT Rencontre avec Florence Barone, Conseillère Municipale déléguée à la Mémoire et à la Paix, Ville de Trappes (78)

Par   26 mars 2021

TÉMOIGNAGE ADHÉRENT
Rencontre avec Florence Barone, Conseillère Municipale déléguée à la Mémoire et à la Paix, Ville de Trappes (78)

MPF : Quel est le rapport de la ville de Trappes avec la Culture de la Paix

La ville de Trappes a une longue histoire ouvrière et à ce titre, elle a toujours cherché à promouvoir des valeurs d’universalité et d’humanisme. Elle se souvient aussi qu’elle a été lourdement meurtrie par les importants bombardements de la Seconde Guerre Mondiale . Nous sommes une ville ouverte au monde et nous ressentons en tant que citoyens que notre réalité peut contenir des ferments de tension pouvant affecter la Paix : effets du réchauffement climatique, violences urbaines et terrorisme, croissance des inégalités sociales,… Nous souhaitons, à travers notre action d’élus cultiver le respect de l’autre et de sa différence.

MPF : Comment la Culture de la Paix se traduit-elle sur votre commune ?
La Culture de la Paix fait appel à de multiples aspects de la vie en société. Elle se traduit par le projet politique global porté par le Conseil Municipal et qui commence à être déployé avec un accent fort mis sur l’Education qui est un des 8 piliers de la Culture de la paix mis en avant par les Nations Unies mais pas seulement et nous portons notre attention aussi bien à l’amélioration de notre environnement qu’au développement économique et social soutenable qu’aux droits des habitants. Le Conseil Municipal a souhaité affirmer son attachement aux valeurs d’égalité hommes/femmes ou de lutte contre les discriminations, de solidarité internationale, de participation démocratique, de promotion de l’agriculture urbaine par exemple en ayant des adjoints ou des conseillers municipaux spécifiquement dédiées à un travail de fond sur ces problématiques. Une délégation est spécifiquement tournée vers la Paix pour porter tout projet transversal de sensibilisation et de mobilisation sur cette thématique.

MPF : A quel public vous adressez-vous ?

La visibilité de la paix dans l’espace public passe par des manifestations culturelles et/ou sportives en lien avec la Journée Internationale de la Paix : nous préparons un parcours de la Paix associant le tissu associatif pour le 21 septembre. Nous travaillons à la création d’un jardin de la Paix. Plusieurs noms de rue ou d’équipements municipaux portent le nom de grandes personnalités ayant œuvré pour la paix dans le monde et nous souhaitons poursuivre dans cette tradition. Il nous semble aussi important de promouvoir la connaissance de l’Histoire auprès des jeunes par des sorties sur des lieux de mémoire et des formes plus ludiques (jeux sur l’Europe destinés aux écoles avec le soutien du Comité de Jumelage) . La tradition associative de notre ville nous pousse à soutenir les associations porteuses de projets pour la paix ou favorisant la connaissance mutuelle des peuples comme le jumelage en Europe, les partenariats avec des pays d’Afrique ou des actions de solidarité internationale comme cela a été le cas lors de la tragédie de l’explosion du port de Beyrouth. La paix avec les autres, c’est aussi la Paix avec soi-même et nous aimerions promouvoir des actions visant à apprendre le sens du dialogue, de la négociation et plus généralement de la gestion des émotions auprès de la jeunesse.

MPF : Quelle est le regard de la municipalité de Trappes sur les conflits internationaux ?
Notre ville a directement été touchée par le décès du sergent Yvonne Huynh, originaire de Trappes, et tuée au Mali. Ce drame a mis en évidence que la guerre où qu’elle se déroule peut nous atteindre à tout moment. En tant que ville de paix et pour la paix, le Conseil Municipal a voté en janvier une motion pour soutenir le peuple ouïghour victime de pratiques bafouant outrageusement les droits de l’Homme et a pris position pour le désarmement nucléaire de notre pays.

MPF : Pourquoi avoir rejoint l’AFCDRP-Maires pour la Paix France ?
Nous souhaitons échanger avec d’autres collectivités pour partager nos expériences. Le fait d’intégrer ce réseau pourrait nous permettre de bénéficier d’outils méthodologiques pour diffuser la Culture de Paix auprès de nos concitoyens et de disposer de ressources de communication (films, conférenciers, …).
C’est également l’occasion de proposer nos idées car de nombreux sujets nous intéressent. L’AFCDRP pourrait compiler un calendrier des événements nationaux et internationaux autour de la Paix, proposer une bibliographie thématique ou même collaborer avec d’autres structures pour lancer l’université de la Paix à la Française !