Déclaration de paix 2021 par Monsieur Kazumi MATSUI, Maire d’Hiroshima et Président de Maires pour la Paix

Par   6 août 2021

La Ville d’Hiroshima

DECLARATION DE PAIX

6 Août, 2021

Il y a 76 ans aujourd’hui, une seule bombe atomique a instantanément réduit notre ville natale en une plaine brûlée. Ce bombardement a causé la mort cruelle d’innombrables victimes innocentes et a laissé ceux qui ont réussi à survivre avec des blessures physiques et émotionnelles profondes et permanentes dues aux radiations, à la peur des séquelles et aux difficultés économiques. Une survivante qui a donné naissance à une fille peu de temps après le bombardement raconte : “Au fur et à mesure que les horreurs de la bombe se révélaient et que je m’inquiétais de leurs effets, je m’inquiétais moins pour moi et plus pour mon enfant. En imaginant l’avenir qui attendait ma fille, ma souffrance s’est accrue, nuit après nuit sans sommeil.”

“Personne d’autre ne devrait jamais souffrir comme nous l’avons fait”. Ces mots expriment la volonté des survivants qui, ayant connu des horreurs trop douloureuses pour être rappelées, ont été condamnés à la peur, à la frustration et à l’agonie par l’avenir probable de leurs enfants et de leurs propres corps irradiés. Lorsque les hibakusha racontent leur histoire, ils transmettent non seulement l’horreur et l’inhumanité des armes nucléaires, mais aussi une intense aspiration à la paix, née de la compassion. Enfin, après 75 longues années d’activité soutenue, leurs revendications ont ému la communauté internationale. Cette année, le 22 janvier, le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) est entré en vigueur. Il reste maintenant aux dirigeants du monde entier à soutenir ce traité et à se concentrer sur une société véritablement durable et exempte d’armes nucléaires.

Le nouveau coronavirus continue de ravager notre monde. La communauté des nations reconnaît cette menace pour l’humanité et prend des mesures urgentes pour y mettre fin. Les armes nucléaires, développées pour gagner des guerres, sont une menace d’annihilation totale à laquelle nous pouvons certainement mettre fin, si toutes les nations travaillent ensemble. Aucune société durable n’est possible avec ces armes toujours prêtes à massacrer sans discernement. La sagesse combinée de tous les peuples doit être formée à leur abolition totale.

Le chemin vers l’abolition ne sera pas facile, mais une lueur d’espoir brille chez les jeunes qui reprennent aujourd’hui la quête des hibakusha. Un survivant qui a été témoin de l’enfer ce jour-là confie notre avenir aux jeunes avec ces mots : “Commencez petit, mais commencez. J’espère que chacun d’entre vous fera tout ce qui est en son pouvoir pour promouvoir et maintenir ce trésor que nous appelons la paix.” Je demande à nos jeunes d’entretenir la conviction inébranlable que les armes nucléaires sont incompatibles avec une vie pleine et saine pour leurs proches. Je leur demande également de partager cette conviction de manière persuasive avec les gens du monde entier.

Nous ne devons jamais oublier que les jeunes peuvent certainement contraindre les dirigeants du monde à se détourner de la dissuasion nucléaire. Trois ans après le bombardement, Helen Keller a visité Hiroshima, encourageant ses habitants dans leur lutte pour se relever. “Seuls, nous pouvons faire si peu. Ensemble, nous pouvons faire tellement”. Ses paroles nous rappellent que les individus, lorsqu’ils sont unis, ont le pouvoir de changer le monde. Si la détermination de vivre en paix se répand dans la société civile, les gens éliront des dirigeants qui partagent cette détermination. Les armes nucléaires sont l’ultime violence humaine. Si la société civile décide de vivre sans elles, la porte d’un monde sans armes nucléaires s’ouvrira en grand. La ville atomique d’Hiroshima ne cessera jamais de préserver les faits du bombardement, de les diffuser au-delà des frontières et de les transmettre à l’avenir. Avec plus de 8000 villes membres de Maires pour la Paix dans 165 pays et régions, nous allons promouvoir une “culture de la paix” mondiale. Dans une culture mondiale où la paix est une valeur universelle, les dirigeants du monde trouveront le courage de corriger leurs politiques.

De l’incertitude concernant les armes nucléaires découlant de l’impasse des négociations sur le désarmement, j’ai une demande urgente à formuler aux dirigeants mondiaux. Le temps est venu d’opérer un profond changement tactique pour passer d’une sécurité fondée sur les menaces à une sécurité fondée sur la confiance issue du dialogue. L’expérience a appris à l’humanité que menacer les autres pour se défendre ne profite à personne. Nos dirigeants doivent comprendre que menacer leurs rivaux avec des armes nucléaires n’apporte rien de valable, mais que se traiter mutuellement avec empathie et construire des amitiés durables est directement lié aux intérêts nationaux. À cette fin, j’exhorte tous les dirigeants du monde à visiter Hiroshima et Nagasaki, à mieux comprendre les bombardements, à remplir le mandat de désarmement du Traité de non-prolifération nucléaire et à participer aux discussions visant à maximiser l’efficacité du TIAN.

En ce qui concerne le gouvernement japonais, je demande une médiation productive entre les États nucléaires et non nucléaires. En outre, conformément à la volonté des hibakusha, je demande la signature et la ratification immédiates du TIAN, puis une participation constructive à la première réunion des États parties. Remplir le rôle de médiateur doit impliquer la création d’un environnement qui facilite la restauration de la confiance et de la sécurité internationales sans avoir recours aux armes nucléaires. L’âge moyen de nos hibakusha est proche de 84 ans. Je demande une assistance plus généreuse pour eux et pour les nombreuses autres personnes qui souffrent quotidiennement des effets physiques et émotionnels néfastes des radiations. J’exige également une aide immédiate pour ceux qui ont été exposés à la pluie noire.

À l’occasion de cette cérémonie de commémoration de la paix marquant le 76e anniversaire de la bombe, nous offrons des prières sincères pour le repos paisible des âmes des victimes de la bombe atomique. Avec Nagasaki et les personnes de même sensibilité du monde entier, nous nous engageons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour abolir les armes nucléaires et ouvrir la voie à une paix durable.

Kazumi MATSUI

Maire de la Ville d’Hiroshima

Président de Maires pour la paix