HIBAKUSHA : Témoignage de Mme Mitamura, survivante du bombardement

Par   6 septembre 2021

Dans le cadre du projet mondial Hibakusha en ligne de Peace Boat, avec le soutien de Nihon Hidankyo (Confédération japonaise des organisations de victimes des bombes A et H) et de Maires pour la paix, un évènement en ligne en français et japonais a été organisé le 9 août 2021 (commémoration du bombardement nucléaire de Nagasaki) à l’initiative des organisations Peace Boat, ICAN France et Maires pour la paix France.

Mme Mitamura, survivante du bombardement nucléaire de Nagasaki, a partagé son témoignage poignant au travers de cartes illustrées. L’explosion n’a pas été la seule menace à laquelle les survivants de la bombe nucléaire ont dû faire face. En effet les terribles complications de santé dues aux radiations nucléaires sont des conséquences douloureuses à long termes pour les Hibakusha et leurs familles. Mme Mitamura se consacre aujourd’hui à raconter l’histoire des survivants dans le monde entier, notamment à bord du Peace Boat et au travers du projet en ligne, Every Second Counts for the Survivors. Une vidéaste du Royaume-Uni, Emma Baggott, a réalisé une vidéo documentaire suivant le voyage Peace Boat afin de partager les horreurs des armes nucléaires et de lancer un appel à leur interdiction et à leur éradication. Documentaire “J’avais son âge” https://vimeo.com/137809836

Lors de cet événement du 9 août 2021, des représentants des trois organisations ont partagé leurs précieuses expertises et leurs initiatives en matière de désarmement nucléaire avec un discours d’ouverture prononcé par Mme Fatiha Alaudat, adjointe au maire de Malakoff et vice-présidente de la section française de Maires pour la Paix, le discours de Mme Miho Cibot-Shimma, ambassadrice de la paix d’Hiroshima de la section française de Maires pour la Paix, du discours de M. Jean-Marie Collin d’ICAN France, concernant les diverses initiatives visant à promouvoir le traité sur l’interdiction des armes nucléaire en France et l’équipe de Peace Boat avec Laure Norest, membre du personnel qui a présenté l’organisation, et Solene Petitcol, étudiante française, qui a évoqué Sasaki Sadako et le symbole de la grue en papier origami, associé à la paix et à l’abolition nucléaire ; un atelier de grues en papier a été réalisé en direct pour contribuer à la sensibiliser à l’histoire au désarmement nucléaire.

Vidéo de la conférence :